Monday, January 21, 2008

Brahim Alami

L'artiste Brahim Alami, décédé à Casablanca, à l'âge de 72 ans, est une figure marquante de la chanson marocaine dite moderne dont il est l'un des précurseurs. Il est parmi ceux qui ont contribué à en asseoir les fondements dans l'euphorie des premières années de l'indépendance.

C'est à cette époque, en effet, que ce genre musical a connu un véritable départ grâce à une poignée de jeunes qui ont pour noms Ahmed Bidaoui, Abdelouahab Agoumi, Abdessalam Amer pour la tendance qui a adopté l'arabe classique à travers une interprétation axée sur la qacida et une autre qui a opté pour le dialectal marocain dont le chef de file était Mohamed Fouiteh aux côtés de Maâti Belkacem, Ismaël Ahmed et bien entendu l'artiste disparu.

C'est un lieu commun que d'affirmer que Brahim Alami a profondément marqué de son empreinte la chanson marocaine moderne d'autant que son univers mélodique se ressourçait de rythmes marocains. C'est pourquoi ses chansons empreintes de sincérité, sont restées et resteront ancrées dans la conscience collective.

C'était en 1957 qu'il interpréta, en effet, "Mahla Ifrane". Un texte simple, certes original pour l'époque, et une rythmique légère avec une forte touche de vivacité. La chanson ne se résigne pas à être démodée.

Brahim Alami composait lui-même ses chansons, le succès était toujours au rendez-vous car sensible aux rythmes marocains à l'instar des ses compagnons tous aujourd'hui disparus.

Mais comme eux, il a, quelque part, souffert d'oubli, d'un préjudice moral à travers ce regard de condescendance dont l'artiste demeure victime quel que soit son apport et son aura, une fois les projecteurs éteints.

A sa mort, ses chansons tiennent toujours le haut du pavé face à la médiocrité ambiante, sans qu'il puisse vraiment en tirer profit, la mafia de piratage le faisait sans scrupules à sa place.

Invité, d'une émission de télévision, Brahim Alami, plaidait pudiquement pour une reconnaissance de l'artiste, le respect de sa dignité. C'était son testament mais aussi une revendication qui peine à trouver le chemin de la concrétisation.

Né en 1930 à Casablanca, l'interprète de "Yannassi", avait fait ses débuts, dans les années quarante, comme flûtiste dans l'Orchestre de "Al Maytam Al Bidaoui", dirigé à l'époque par Maâllem Mohamed Zniber, avant d'intégrer la radio dans les années quarante et opté pour le luth. Il avait occupé pendant plusieurs années la fonction de chef de l'orchestre régional de Casablanca avant de partir en retraite à la fin des années quatre vingt.

Chanteur prolifique, son répertoire compte plusieurs mélodies devenues des tubes qu'il s'agisse de chansons à thématique sociale, d'amour ou de chants patriotiques.
(Fatima Boutarkha) (Source: MAP - 04/2002)

Ecouter Brahim Alami

No comments: